Nous pensons à la prochaine génération

Grandir sur une planète fertile, avec de l’air pur et de l’eau propre, devrait être le droit de tout enfant. Toutefois, notre planète ne peut prospérer que si nous réduisons notre impact climatique. Nous devons repenser la façon dont nous concevons, fabriquons et expédions nos produits, ainsi que les matériaux que nous utilisons. Notre production ne doit pas être aux dépens des générations futures. C’est pourquoi nous travaillons sans relâche pour minimiser les effets négatifs de notre activité sur la planète.

Un très jeune bébé est nourri au biberon | BABYBJÖRN
Nous voulons créer un monde sûr pour tous les enfants.
Photo : Johnér


L’ensemble de la production a une incidence sur l’environnement

Pour comprendre l’impact environnemental total de chaque produit individuel, il faut analyser tout son cycle de vie. Dans notre entreprise, celui-ci inclut toutes les phases, de la culture du coton au transport des étoffes vers les usines, les magasins et les foyers, en passant par les procédés industriels de tissage, de teinture et de couture. De plus, il est important de considérer la durée de vie utile du produit et la température à laquelle il doit être lavé. C’est ce qu’on appelle une analyse du cycle de vie: elle donne une idée claire de la phase qui a l’impact le plus fort sur l’environnement. Dans notre cas, c’est l’utilisation du coton et du polyester qui a l’impact le plus lourd, car la fabrication de nos produits requiert beaucoup d’énergie, d’eau et de produits chimiques.

Notre empreinte climatique totale

En plus du coton et du polyester, le plastique, le métal et le bois entrent dans la fabrication de nos produits. Tous les matériaux sont sélectionnés avec soin et mis au point pour convenir aux jeunes bébés. Chacun d’eux subit un processus de transformation différent, ce qui génère des répercussions sur l’environnement et des émissions dans l’atmosphère. L’énergie nécessaire pour chauffer les locaux et propulser les véhicules qui transportent nos produits et l’emballage dans lequel ils sont vendus laisse des traces sur l’environnement. Tous ces éléments contribuent à l’empreinte climatique totale de BabyBjörn et sont compris dans notre analyse.

Prévenir la consommation futile par la conception

Afin d’éviter une consommation futile, nous développons des produits fonctionnels servant un objectif clair, avec une longue durée de vie. Nous n’inventons pas des besoins. Nous répondons aux besoins existants des parents et des enfants. En conséquence, notre gamme se limite à 20 produits qui ont tous été conçus spécialement pour faciliter la vie des parents ayant des tout-petits. Le design classique et la grande qualité de nos produits signifient qu’ils peuvent être utilisés fréquemment et pendant très longtemps. Ils sont souvent réutilisés pour plusieurs enfants d’affilée, ce qui est l’une de nos plus importantes contributions à la durabilité.

La fondatrice et designer textile Lillemor et la directrice artistique Karin ont du flair pour les tissus. | BABYBJÖRN
Notre équipe de designers crée des styles classiques, de sorte que nos produits peuvent être utilisés pendant une longue période et n’ont jamais l’air démodés.


Un coton plus vert

Des millions d’enfants ne disposent pas d’un accès sûr à de l’eau propre. L’une des raisons de cet état de choses est la culture du coton, qui requiert une grande quantité d’eau dans des régions où il ne pleut souvent pas assez. La culture conventionnelle du coton s’accompagne de l’utilisation la plus intense de produits chimiques dans le monde de l’agriculture, ce qui est nocif aussi bien pour les agriculteurs que pour la nature environnante. Le coton possède toutefois des qualités fantastiques qui le rendent difficile à remplacer.

Délivrons-nous du coton conventionnel.

BabyBjörn appuie actuellement le coton produit selon les critères de la Better Cotton Initiative (BCI). Elle propose un modèle de culture du coton exigeant moins d’eau et de produits chimiques que la méthode conventionnelle. D’un point de vue écologique, le coton BCI n’est pas aussi avantageux que le coton organique, mais c’est certainement un pas dans la bonne direction. Au cours des dernières années, nous avons travaillé très fort pour nous délivrer du coton conventionnel. En 2018, nos produits en coton étaient composés à 88 % de coton BCI, à 9 % de coton biologique et à 3 % de coton conventionnel. Tous les types de coton ayant néanmoins une empreinte climatique importante, nous continuons de tester de nouveaux matériaux qui sont peut-être capables de le remplacer.

Le polyester recyclé

59 % de nos matériaux sont actuellement en polyester. La durée de vie de cette fibre synthétique est très longue, mais l’extraction de la matière première et la production du polyester sont très énergivores. Notre analyse du cycle de vie le révèle clairement. Nous sommes donc à la recherche de solutions plus vertes. Le polyester est formé d’une matière extraite du pétrole brut, ce qui en fait un matériau fossilifère tout en rendant le textile recyclable. Le polyester recyclé réduit les émissions jusqu’à 70 % par rapport à la fibre nouvellement fabriquée. Il est donc logique pour nous de commencer à remplacer le polyester traditionnel par du polyester recyclé. Dès l’automne 2018, nous lancerons un modèle de Porte-bébé One Air et de Siège Sauteur Bliss en polyester recyclé.

Nos projets d’avenir

Puisque le coton et le polyester ont un impact plus fort sur l’environnement que nous le souhaitons, nous sommes toujours à l’affût de nouveaux matériaux innovants qui sont plus respectueux de l’environnement. Le grand défi consiste à trouver des matériaux qui satisfont aussi à nos normes élevées de qualité et de sécurité. Ils doivent durer longtemps et être produits de façon écologique.

Nous mettons de grands espoirs dans le matériau Tencel, une fibre à base de pâte de bois dont la production requiert moins d’eau et de produits chimiques. Nous avons lancé quelques produits en Tencel en 2018, et nous évaluons maintenant les possibilités d’élargir son champ d’application.

Pour en savoir davantage sur notre travail, lisez notre rapport sur la durabilité